AccueilBlogEjaculation précoceÉjaculation masculine, comment ça marche ?

Éjaculation masculine, comment ça marche ?

Éjaculation masculine, comment ça marche ?

L'orgasme et l'éjaculation masculine sont deux processus physiologiques distincts qui sont parfois difficiles à distinguer. L'orgasme est une sensation intense de plaisir, créant un état de conscience altéré associé aux changements physiques signalés.

L'éjaculation chez l’homme est un processus physiologique complexe qui se compose de deux phases : l'émission et l’expulsion. Elle est influencée par des voies neurologiques et hormonales complexes. 

Aujourd’hui, on vous explique tout de la physiologie de l’orgasme et de l’éjaculation, en commençant par rappeler l’anatomie génitale masculine !

Anatomie des organes génitaux masculins

Le système génital masculin se compose d'organes reproducteurs et sexuels externes et internes tels que : 

  • Le pénis ;
  • La prostate ;
  • L'épididyme ; 
  • Et les testicules.

Le pénis 

3 parties composent le pénis : deux corps caverneux (corps érectiles) et un corps spongieux, contenant l'urètre. L’approvisionnement en sang se fait via l’artère pudendale interne et les sensations à travers le nerf pudendal.

Le pénis se constitue également de fibres nerveuses autonomes : les nerfs caverneux (plexus pelvien) contiennent à la fois des fibres sympathiques (plexus hypogastrique) et parasympathiques.

L’urètre 

4 segments composent l'urètre :

  • L’urètre prostatique ;
  • Puis, l’urètre membraneux (il passe à travers le diaphragme urogénital) ;
  • L’urètre bulbaire ;
  • Et enfin, l’urètre pénien, qui se termine par une petite dilatation au niveau du méat urinaire. 

Ensuite, deux glandes (glandes de Cowper) se situent des deux côtés de l’urètre membraneux et s'ouvrent dans l’urètre bulbaire. 

Une petite élévation, appelée veru montanum ou colliculus séminal, est remarquée au niveau de la paroi postérieure de l’urètre membraneux : elle est liée aux canaux éjaculateurs, à l’utricule prostatique et aux canaux prostatiques.

Les testicules

Ils sont divisés par des septas fibreux qui contiennent les tubes séminifères, l'endroit où sont formés les spermatozoïdes. Les testicules contiennent également les cellules de Leydig, la principale source de testostérone.

Les tubes séminifères contiennent des cellules germinales et des cellules de sertoli : ils forment le rete testis, un réseau de canaux à l’intérieur du Mediastinum testis. Ces canaux s’écoulent dans les conduits efférents, traversant la tête de l’épididyme.

L’épididyme 

Il se situe sur le bord postérieur et supérieur du testicule. L’épididyme se compose de la tête, du corps et de la queue. Les conduits efférents s’unissent pour former ensuite le canal alambiqué de l’épididyme.

La prostate et les vésicules séminales 

La prostate entoure l’urètre prostatique. Elle se compose à 70 % de glandes et à 30 % de fibres musculaires. Des artères vésicales inférieures et rectales moyennes alimentent la prostate.  

S’agissant des vésicules séminales, elles se situent latéralement du canal déférent et font à peu près 5 cm de long et un cm de large. Elles rejoignent le canal pour former le canal éjaculateur. Elles sont également alimentées par des artères vésicales inférieures et rectales moyennes.

Comment fonctionne l’érection ?

L'érection du pénis résulte de mécanismes neurovasculaires complexes. Plusieurs facteurs neurologiques centraux et périphériques en plus des facteurs moléculaires, vasculaires, psychologiques et endocrinologiques sont impliqués. 

Et l'équilibre entre ces facteurs est ce qui détermine finalement la fonctionnalité du pénis.

L’érection cérébrale 

Le cerveau contrôle les érections péniennes induites par des stimuli visuels ou des pensées érotiques. Ainsi, les principales structures cérébrales impliquées dans l'érection sont contenues dans l'hypothalamus.

La dopamine est le neurotransmetteur cérébral le plus important pour l'érection, probablement grâce à sa stimulation de la libération d'ocytocine.

Un autre neurotransmetteur important est la noradrénaline, ainsi que plusieurs autres neurotransmetteurs cérébraux impliqués dans le processus d'érection à des degrés divers tels que l'oxyde nitrique et l’hormone mélanotrope (ou MSH).

Les mécanismes moléculaires 

Le pénis au départ est dans un état flasque, maintenu par la contraction des muscles lisses corporels et la constriction des artères caverneuses. 

Ainsi, pendant l'excitation sexuelle, les terminaisons nerveuses caverneuses libèrent le monoxyde d’azote. Cela permet la libération de nombreuses autres molécules conduisant finalement à une relaxation et une vasodilatation des muscles lisses. 

Le sang continue d’entrer et sortir du pénis ensuite, avec une augmentation de la pression intracorporelle et une compression des veines sous-tunicales, ce qui joue un rôle important dans l'écoulement veineux.

À lire aussi : une éjaculation sans érection, c'est possible ?

Comment ça marche, l’orgasme ?

Il n'y a pas de définition standard de l'orgasme. Chaque spécialité telle que l'endocrinologie ou la psychologie examine cette activité du point de vue de chacun. Cela rend difficile de parvenir à un consensus sur la définition. 

On associe généralement l'orgasme à l'éjaculation masculine, bien que les deux processus soient physiologiquement différents. Il est donc possible d'avoir un orgasme sans éjaculation, c'est ce qu'on appelle l'injaculation.

Certaines caractéristiques physiologiques sont associées à l'orgasme, notamment l'hyperventilation (jusqu'à 40 respirations / min), la tachycardie et l'hypertension artérielle. 

L'orgasme est également associé à des contractions musculaires pelviennes puissantes et très agréables (en particulier les muscles ischio-caverneux et bulbo-caverneux). Il induit aussi des contractions du sphincter rectal et des grimaces faciales.

La qualité et l'intensité des orgasmes sont variables

Par exemple, une courte accumulation rapide de stimulation sexuelle vers l'orgasme induit des orgasmes moins intenses qu'une accumulation lente. Les orgasmes précoces sont moins satisfaisants que les orgasmes ultérieurs dans la vie, car la personne apprend à accepter le plaisir associé aux orgasmes. 

En effet, des niveaux plus faibles d'androgènes sont associés à des orgasmes plus faibles, comme dans l'hypogonadisme ou à un âge plus avancé.

Il a été suggéré que les exercices des muscles pelviens (muscles du périnée), en particulier les muscles bulbocaverneux et ischio-caverneux, en contractant ces muscles 60 fois, 3 fois par jour pendant 6 semaines, amélioreront le plaisir associé à l'orgasme. En effet, ils permettent de renforcer le périnée.

L’orgasme prostatique

On pense que l'orgasme induit par le massage prostatique profond est différent de l'orgasme associé à la stimulation directe du pénis. Bien que les orgasmes de stimulation du pénis soient associés à 4 à 8 contractions des muscles pelviens, les orgasmes de massage prostatique sont associés à 12 contractions. 

On pense que les orgasmes de massage prostatique sont plus intenses et diffus que les orgasmes de stimulation du pénis. Ils s’opèrent en procédant à un massage de la prostate, par voie anale, à l’aide de vos doigts, de ceux de votre partenaire ou encore d’un sextoy. Mais ils nécessitent du temps et de la pratique. Encore très tabou dans notre société, il existe pourtant bien un point P chez l’homme (à l’instar du point G chez la femme) et celui-ci est à la portée de tous les hommes.

La période réfractaire

Après l'orgasme chez l'homme est une période temporaire d'inhibition de l'érection ou de l'éjaculation appelée période réfractaire. Durant cette période, il n’est donc pas possible pour l’homme d’avoir une nouvelle érection. Son pénis ne répond pas à la stimulation et à l’excitation. Il s'agit d'un phénomène mal compris, certains chercheurs suggérant un mécanisme central plutôt que rachidien à l'origine.

Des niveaux élevés de prolactine et de sérotonine après l'orgasme ont été suggérés comme cause potentielle ; cependant, il y a beaucoup de débats sur leur rôle exact. Des recherches supplémentaires sont encore nécessaires dans le domaine de l'orgasme masculin.

Comment fonctionne l’éjaculation masculine ?

L'éjaculation masculine est un processus physiologique fortement contrôlé par le système nerveux autonome

Il se compose de deux phases principales : émission et expulsion. Les principaux organes impliqués dans l'éjaculation masculine sont : 

  • L'épididyme distal ;
  • Le canal déférent ;
  • La vésicule séminale ;
  • La prostate ;
  • L'urètre prostatique ;
  • Et le col de la vessie.

L’émission 

La première étape de la phase d'émission est la fermeture du col de la vessie. Cela empêche le déversement rétrograde du liquide séminal dans la vessie. 

Ceci est suivi par l'éjection de sécrétions prostatiques (10% du volume final de sperme). Elles contiennent de la phosphatase acide, de l'acide citrique et du zinc, mélangées à des spermatozoïdes du canal déférent (10% du volume) dans l'urètre prostatique. 

Par la suite, le liquide vésiculaire séminal contenant du fructose alcalinise le liquide éjaculateur final. 

Le liquide séminal de la vésicule constitue 75 à 80 % du liquide séminal final. Les glandes de Cowper et les glandes péri-urétrales produisent donc une minorité du liquide séminal. 

Les organes impliqués dans le processus d'éjaculation masculine reçoivent un apport nerveux autonome dense du plexus pelvien. Celui-ci est à la fois sympathique et parasympathique. Le plexus pelvien se situe rétropéritonéalement de chaque côté du rectum, latéralement et postérieurement à la vésicule séminale. 

Les neurones sympathiques jouent le rôle prédominant dans le processus d'éjaculation. Leurs terminaisons nerveuses sécrètent principalement de la noradrénaline, bien que d'autres neurotransmetteurs jouent également un rôle important.

Youtube Video

L’expulsion 

L'expulsion suit l'émission lorsque le processus de l'éjaculation culmine. Elle se réfère à l'éjection de sperme par le méat urétral. 

Les contractions rythmiques des muscles pelviens striés en plus des muscles bulbo-spongieux et ischio-caverneux expulsent le sperme. 

Pour obtenir une expulsion de sperme, le col de la vessie se ferme, tandis que le sphincter urétral externe s'ouvre. Le sphincter externe et la musculature pelvienne sont sous contrôle somatique ; cependant, rien n'indique que le contrôle volontaire joue un rôle dans le processus d'expulsion.

Toutefois, le déclencheur exact de l'expulsion est inconnu. 

Il a été suggéré qu'un centre rachidien est déclenché lors de l'émission de liquide séminal dans l'urètre prostatique. Cependant, il existe de plus en plus de preuves issues d'études cliniques et expérimentales suggérant que ce n'est pas le cas. 

Par exemple, les hommes peuvent encore avoir des contractions rythmiques pendant l'orgasme malgré une « éjaculation sèche », par exemple en raison d'une prostatectomie. Ceci a conduit à l'hypothèse que le processus d'expulsion est un continuum du processus initié par l'émission, après avoir atteint un certain seuil d'activation spinale. En cas d'éjaculation douloureuse, pensez à consulter un médecin sexologue.

Le rôle du système nerveux périphérique dans l’éjaculation masculine

Le système nerveux contrôle fortement l'éjaculation masculine, à travers un circuit réflexe nécessaire pour la provoquer.

L'entrée sensorielle principale du pénis provient du nerf dorsal du pénis. Il transmet la sensation du gland, du prépuce et de la tige du pénis. Il transmet ainsi des signaux aux segments supérieurs et inférieurs de la moelle épinière.

Le gland contient des terminaisons nerveuses encapsulées, appelées corpuscules de Krause-Finger. La tige pénienne restante contient des terminaisons nerveuses libres. 

La stimulation de ces corpuscules potentialisée par la stimulation d'autres zones génitales, telles que le périnée, les testicules et la tige du pénis, joue un rôle important dans le processus d'éjaculation.

Le rôle du cerveau dans l’éjaculation masculine

Les zones sensorielles et motrices du cerveau jouent un rôle important dans l'éjaculation. Cela nécessite un processus central hautement coordonné et intégré. 

L'étude de Holstege et al. utilisant la tomographie par émission de positons montre que certaines zones spécifiques du cerveau s'activent dans le processus d'orgasme et d'éjaculation

Il existe des connexions réciproques qui lient ces zones à l'hypothalamus, une zone cérébrale ayant un rôle bien établi dans le contrôle du comportement sexuel, comme l'ont démontré des études anatomiques et fonctionnelles.

Le rôle des neurotransmetteurs dans l’éjaculation masculine

Le processus d'éjaculation chez l’homme implique de nombreux neurotransmetteurs.

Ainsi, il est difficile de définir le rôle exact de ces neurotransmetteurs. Cela s'explique par la variété des paramètres sexuels concernés, les différents sites d'action dans les voies vertébrales et supraspinales, et la présence de plusieurs types de récepteurs.

La dopamine

La dopamine est connue pour être importante pour la réponse sexuelle masculine normale. Il existe deux familles de récepteurs de la dopamine, de type D1 (récepteurs D1 et D5) et de type D2 (récepteurs D2, D3 et D4). 

On sait que chez le rat, les récepteurs de type D2 stimulent l'éjaculation. Ils déclenchent l'éjaculation même chez les rats anesthésiés. 

Des études démontrent que le blocage des récepteurs D3 inhibe la phase d'expulsion de l'éjaculation et prolonge la latence de l'éjaculation chez le rat.

La sérotonine 

Les preuves suggèrent que la sérotonine inhibe l'éjaculation. Les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine entraînent une altération de l'éjaculation. Ainsi, cela a conduit à leur utilisation clinique dans l'éjaculation précoce

Cet effet inhibiteur est susceptible de se produire dans le cerveau, car l'effet sur l'éjaculation dans la colonne vertébrale est probablement stimulant. 

Il est difficile de désigner une influence pour chaque sous-type de récepteur de la sérotonine. En effet, chaque récepteur pourrait soit activer ou inhiber l'éjaculation en fonction de son emplacement dans le système nerveux central.

L'oxyde nitrique 

Le rôle de l’oxyde nitrique dans l'éjaculation masculine a fait l'objet d'une attention particulière après l'introduction des inhibiteurs de la phosphodiestérase de type 5 (PDE5) et leur utilisation pour l'éjaculation précoce. 

L'oxyde nitrique a un rôle inhibiteur sur le processus d'éjaculation.

L’effet des hormones sur l’éjaculation masculine

Bien que la fonction sexuelle masculine soit fortement régulée par le système hormonal, peu d'études cliniques ont été réalisées pour évaluer la régulation hormonale de l'éjaculation chez l’homme.

L’ocytocine 

L'administration d'ocytocine chez l'homme et l'animal entraîne une augmentation des spermatozoïdes éjaculés. Cela confirme que l'ocytocine joue un rôle dans la motilité des voies génitales mâles. 

On constate spécifiquement qu'il augmente les puissantes contractions épididymaires et la motilité des spermatozoïdes.

Les récepteurs périphériques de l'ocytocine se sont révélés fortement exprimés dans l'épididyme et la tunique albuginée du pénis (dans les muscles lisses plus que dans les cellules épithéliales), et dans une moindre mesure dans le canal déférent et la vésicule séminale.

Les hormones thyroïdiennes dans l'éjaculation masculine

De nombreux documents existent quant à la relation entre les anomalies hormonales de la thyroïde et des problèmes d'éjaculation

Sur le plan clinique, la prévalence de la TSH (hormone sécrétée par l'hypophyse) supprimée, qui est un marqueur de l'hyperthyroïdie, s'est avérée deux fois plus élevée chez les patients présentant une éjaculation précoce que chez les patients ayant déclaré un moment normal de l'éjaculation. 

Les hormones thyroïdiennes semblent donc affecter le réflexe éjaculatoire.

Les œstrogènes 

L'estradiol joue un rôle important dans la régulation de la phase d'émission de l'éjaculation masculine

Ce rôle dans l'épididyme est la raison pour laquelle l'Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande le tamoxifène comme traitement de première intention de l'oligospermie (présence anormalement faible de spermatozoïdes dans le sperme).

Le rôle de la testostérone dans l'éjaculation masculine 

La testostérone, à travers ses récepteurs androgènes centraux et périphériques, a un rôle bien connu sur la fonction sexuelle masculine, en particulier sur la libido. On associe souvent des faibles niveaux de testostérone à une éjaculation retardée. Tandis que des niveaux élevés ont été associés à une éjaculation précoce. 

La testostérone facilite le contrôle du réflexe éjaculatoire grâce à ses récepteurs androgènes dans différentes régions du système nerveux central. 

De plus, les muscles du plancher pelvien impliqués dans l'éjaculation masculine dépendent des androgènes. 

Il existe probablement plusieurs mécanismes impliqués dans l'action de la testostérone. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour identifier des cibles spécifiques pour le traitement du réflexe éjaculatoire.

De plus, un taux de testostérone bas peut engendrer une éjaculation faible, qui manque de force ou une petite éjaculation.

Éjaculation masculine : nocturne, précoce, rétrograde ou retardée

Différents facteurs peuvent affecter (ou modifier) la survenance ou l'émission de l'éjaculation chez les hommes. Hormis l’éjaculation précoce, les troubles de l’éjaculation restent peu fréquents.

Éjaculation masculine : qu’est-ce que l’éjaculation nocturne ?

L’éjaculation nocturne, soit l’éjaculation pendant le sommeil, n’est pas un trouble de l’éjaculation à proprement parler. Elle se produit néanmoins de manière involontaire et incontrôlée : on parle aussi d’émission ou pollution nocturne

L’éjaculation nocturne se produit sans stimulation directe du pénis et il s’agit d’une réaction tout à fait normale et naturelle. 

Lors des érections nocturnes, qui se produisent généralement pendant le sommeil paradoxal, le système sympathique qui contrôle normalement les muscles autour du pénis se relâche. 

L’érection peut alors se poursuivre jusqu’à l’éjaculation. Elle permet ainsi d’entretenir la circulation sanguine dans le pénis et la bonne oxygénation des corps caverneux.

L’éjaculation rétrograde 

Il s’agit de l’absence d’émission de sperme, lors de l’éjaculation, qui se retrouve expulsé dans la vessie. Divers causes peuvent être responsables de cette anomalie, bien qu’elle ne soit pas dangereuse pour la santé. 

L’éjaculation rétrograde est une conséquence fréquente d’une intervention chirurgicale autour de la prostate ou du diabète.

Éjaculation masculine précoce ou retardée 

L’éjaculation précoce est un trouble sexuel fréquent. Elle se caractérise par la perte de contrôle de l’éjaculation, entraînant souvent une anxiété de performance. Ce trouble a des conséquences aussi sur la qualité de vie des patients et de leur partenaire.

De nombreux facteurs psychologiques et physiologiques peuvent être à l’origine de l’éjaculation précoce.  

A l’inverse, on caractérise l’éjaculation retardée (ou anéjaculation) par une difficulté, voire une impossibilité à éjaculer. Les causes fréquentes sont l'usage de certains médicaments et traitements, comme les antidépresseurs. 

Un changement de molécule améliore la situation dans la majeure partie des cas.

Ce qu’il faut retenir sur l’éjaculation masculine

En conclusion, l'éjaculation masculine est un processus complexe impliquant plusieurs structures anatomiques et soumis à une importante régulation neurochimique et hormonale

L'orgasme, bien qu'associé à l'éjaculation masculine, est un processus physiologique distinct, différent de l'éjaculation. 

De nombreux aspects de ces processus physiologiques sont encore inconnus et des recherches supplémentaires sont donc nécessaires pour identifier les traitements du dysfonctionnement éjaculatoire.

Consulter immédiatement un médecin sexologue en ligne

Consultation (téléphone, vidéo ou messagerie privée) avec un médecin sexologue.

Délivrance de fiches conseils et d’une ordonnance  si nécessaire.

Qui veut être mon associé
Découvrez le passage de Charles.co sur 
M6
Voir le replayfleche-droite-fine-picto