AccueilBlogCheveuxTraitement anti chute de cheveux : quoi prendre et quoi éviter ?

Traitement anti chute de cheveux : quoi prendre et quoi éviter ?

Traitement anti chute de cheveux : quoi prendre et quoi éviter ?

L’alopécie est un véritable problème de santé publique. Elle touche en effet de nombreuses personnes dans le monde, à travers toutes les tranches d’âge et quel que soit leur sexe. Face à cette diversité de victimes, de nombreuses méthodes thérapeutiques plus ou moins efficaces ont vu le jour. Les adeptes de chaque traitement anti chute de cheveux clament que leur méthode est le remède ultime contre la chute de cheveux, ce qui est bien évidemment faux.

Pire, certains traitements sont en réalité nuisibles pour le cheveu. On fait donc le point sur les méthodes qui marchent vraiment et celles qui sont à éviter dans ce dossier complet sur les traitements anti chute de cheveux.

Comprendre les causes des alopécies pour choisir le bon traitement anti chute de cheveux

Afin de pouvoir faire la distinction entre les traitements anti chute de cheveux à prendre et ceux à éviter, il est nécessaire d’avoir des prérequis sur cette maladie. Il est notamment important de connaître les différentes causes d’une alopécie en général afin de pouvoir sélectionner le traitement adéquat.

L’hérédité

La génétique est le facteur à l’origine d’une bonne partie des chutes de cheveux. Une personne dont l’un des parents a souffert d’alopécie est en effet beaucoup plus susceptible d’en développer une au cours de sa vie.

Toutefois, une alopécie héréditaire n’est pas inéluctable. Avec quelques précautions et des soins adéquats, une personne prédisposée à faire de l’alopécie peut préserver sa chevelure et la conserver toute sa vie.

Les hormones

Les hormones régulent la plupart des fonctions dans l’organisme. Il n’est donc pas étonnant qu’un dérèglement du taux de certaines hormones ait un impact sur la chevelure. Par exemple, une augmentation du taux de certaines hormones entraîne une alopécie.

Il s’agit entre autres des androgènes ou hormones mâles (testostérone et dihydrotestostérone) et du cortisol. Pour éviter la calvitie, il convient donc d’éviter toute situation pouvant entraîner une explosion de leur taux.

Des facteurs psychologiques

L’influence de l’état psychologique d’un individu sur sa chevelure est grandement sous-estimée. Pourtant, certains facteurs psychologiques comme le stress, l’anxiété et la dépression ont des effets négatifs sur la santé du cheveu. Ils peuvent les rendre fins, cassants et finalement être à l’origine de leur chute.

La prise de certains médicaments

Les effets secondaires de certains traitements sont assez violents et peuvent aller jusqu’à provoquer la chute des cheveux. Les chimiothérapies par exemple sont assez connues pour cet effet secondaire si marquant pour les patients.

Les carences alimentaires

Comme tout le reste du corps humain, les cheveux ont besoin de nutriments. Ils les utilisent pour se construire, pour être solides et pour avoir de l’éclat et de la brillance. Pour cela, ils ont de grands besoins, notamment en vitamines, en acides aminés et en fer.

Lorsque l’alimentation n’arrive pas à combler ces besoins, les cheveux se retrouvent donc obligés de faire sans ces éléments qui leur sont pourtant indispensables. Ils sont donc logiquement plus susceptibles de chuter.

Une mauvaise hygiène capillaire

Enfin, le dernier facteur pouvant expliquer la chute des cheveux, c’est une mauvaise hygiène capillaire. En effet, le cheveu est un organe fragile qui nécessite qu’on s’occupe convenablement de lui pour rester en bonne santé.

Ainsi, de mauvais traitements tels que des shampoings trop agressifs, des décolorations et des colorations trop fréquentes, des tractions abusives sont délétères pour sa santé.

Pour finir avec les causes d’alopécies, il faut savoir que ces dernières peuvent s’associer pour donner une alopécie. Le stress peut par exemple pousser un individu à tirer sur ses cheveux. Ces deux facteurs seront à l’origine de l’alopécie.

Youtube Video

Connaître les diverses formes d’alopécie pour mieux appréhender les traitements anti chute de cheveux

L’alopécie est une maladie aux multiples visages. Elle se manifeste de plusieurs façons et chacune de ses formes est particulière.

L’alopécie congénitale

La première forme d’alopécie est celle avec laquelle on naît, l’alopécie congénitale. Elle est encore appelée alopécie cicatricielle, car le follicule pileux y est détruit. Dans cette forme de calvitie, la repousse des cheveux est impossible.

Toutefois, l’alopécie cicatricielle est une forme très rare d’alopécie. En dehors d’elle, il existe trois autres formes d’alopécie où la repousse des cheveux est possible.

L’alopécie androgénétique

En premier lieu, il y a l’alopécie androgénétique ou calvitie commune. C’est la forme la plus courante de perte de cheveux. Elle affecte aussi bien les hommes que les femmes.

Chez l’homme, l’alopécie androgénétique affecte préférentiellement le front et le sommet du crâne (vertex). Sa principale manifestation est donc un front dégarni ou un vertex dépourvu de cheveux.

Dans le cas d'une alopécie androgénétique chez la femme, c’est une autre paire de manches. L’alopécie est plus diffuse, même si comme chez leurs homologues masculins, elle tend à laisser le crâne dégarni. On observe parfois une perte de cheveux au devant du crâne chez la femme.

L’alopécie diffuse

Après l’alopécie androgénétique, la deuxième forme d’alopécie, c’est l’alopécie diffuse. Il s’agit d’une forme plus régulière de calvitie qui affecte la totalité du cuir chevelu. Elle peut être aiguë ou chronique et est généralement due à un dysfonctionnement au sein même de l’organisme.

L’alopécie circonscrite

Enfin, la troisième forme d’alopécie non cicatricielle, c’est la pelade ou alopecia areata. Elle se manifeste par la chute des cheveux et de la pilosité sur une zone circonscrite (le plus souvent, il s’agit d’une plaque circulaire de quelques millimètres de diamètre).

Dans ce cas particulier, le facteur responsable de la chute importante de cheveux est l’organisme lui-même. La pelade est en effet une maladie auto-immune où les cheveux chutent à cause d’une réaction du système immunitaire dirigée contre eux.

Quels moyens thérapeutiques à adopter dans le cadre d’un traitement anti chute de cheveux ?

Pour traiter efficacement une chute massive de cheveux, il existe plusieurs moyens très efficaces. Selon le type d’alopécie développé, il est même recommandé d’en associer plusieurs afin de maximiser les résultats obtenus.

Le traitement médicamenteux anti chute de cheveux

Pour le moment, il n’existe que deux molécules dont l’efficacité est avérée dans le traitement de la chute de cheveux : le minoxidil et le finastéride.

Le finastéride ou propecia est une molécule très efficace. Cependant, elle n’est utilisée que chez les hommes, dans le traitement de l’alopécie androgénétique.

Le minoxidil quant à lui agit directement sur les kératinocytes (les cellules responsables de la pousse des cheveux). Il renforce ainsi les cheveux déjà existants et stimule la pousse de nouveaux cheveux.

En dehors de ces deux molécules, d’autres médicaments peuvent être utilisés pour favoriser la croissance de nouveaux cheveux en cas d’alopécie. Les corticoïdes sont ainsi très utilisés dans le traitement des pelades, afin de lutter contre le système immunitaire.

L’aromathérapie

L’aromathérapie est l’un des plus vieux traitements anti chute de cheveux au monde. Déjà dans l’antiquité, les femmes utilisaient les vertus incroyables des huiles essentielles pour renforcer leurs cheveux, améliorer la pousse et surtout prévenir la casse et les chutes.

Il existe donc une kyrielle d’huiles essentielles très efficaces pour traiter la chute des cheveux et chacune d’entre elles possède son action particulière. Les plus célèbres sont l’huile de ricin, celle de moutarde, celle de CBD et celles de thym, de romarin et de cèdre.

La phytothérapie

Comme l’aromathérapie, la phytothérapie est une méthode ancestrale de lutte contre la chute des cheveux. Elle se base sur l’utilisation de diverses parties de plantes (racines, feuilles, graines) pour favoriser la pousse des cheveux et limiter leur chute.

Parmi les recettes de phytothérapies les plus connues figurent la friction avec des feuilles d’ortie, les tisanes de prêle des champs

L’alimentation

Pour lutter contre l’alopécie, l’alimentation doit obligatoirement apporter au cheveu les nutriments qui lui sont nécessaires. Elle doit donc être comporter certains aliments tels que :

  • de la viande et du foie ;
  • des œufs ;
  • des noix et des légumineuses ;
  • du poisson ;
  • des épinards et d’autres légumes verts ;
  • des champignons et des céréales.

Devant une carence ou pour renforcer les cheveux, il est également conseillé d’ajouter des superaliments au traitement. Une cure avec un complément alimentaire comme la levure de bière ou la spiruline par exemple peut véritablement guérir une personne souffrant d’alopécie carentielle. Il existe des gummies cheveux qui apportent, en une seule gomme à macher tous les matins, tout ce qu'il faut.

En plus d’une alimentation, il convient de faire régulièrement des massages du cuir chevelu, par exemple au moment de le laver. Ce massage va activer la microcirculation à ce niveau et faciliter l’apport de nutriments aux cheveux.

À lire aussi : que pensent les médecins du Forcapil, ce complément alimentaire qui renforce les cheveux ?

Un suivi psychologique, en complément d'un traitement anti chute de cheveux

Enfin, le dernier traitement à considérer dans un combat anti chute de cheveux, c’est une psychothérapie.

Comme mentionné plus tôt, une perte de cheveux liée au stress, l’anxiété et d’autres facteurs psychologiques sont souvent impliqués dans la survenue d’une alopécie. De même, après la survenue de la maladie, le choc et la honte ressentis peuvent créer un cercle vicieux ou l’alopécie s’auto-entretient.

Il est donc important de considérer le rôle d’une psychothérapie dans le traitement. Diverses méthodes, dont l’hypnothérapie (à titre d’exemple), peuvent être utilisées pour améliorer la repousse capillaire et empêcher des récidives.

Que faut-il rejeter dans le cadre d’un traitement anti chute de cheveux ?

Lors de la lutte contre la chute des cheveux, il faut en premier lieu éviter de faire de l’automédication. Le cheveu étant fragile, il est bien plus facile de le léser que de le soigner. On recommande donc de consulter un spécialiste du cheveu (comme le dermatologue) devant toute alopécie.

De même, une mauvaise hygiène capillaire est aussi à bannir. Il faut éviter les shampoings forts, les lissages et les défrisages, de même que les colorations. Le soin du cheveu doit impérativement se faire avec des produits adaptés, produits qu’un médecin ou un pharmacien spécialisé dans les soins capillaires peuvent prescrire.

Remédiez à votre chute de cheveux avec un médecin spécialiste sur Charles.co.

Télé-consultation (téléphone, vidéo ou messages) avec un médecin spécialiste de la perte de cheveux.

Délivrance d’une ordonnance si nécessaire.

Qui veut être mon associé
Découvrez le passage de Charles.co sur 
M6
Voir le replayfleche-droite-fine-picto