Comment alcool, tabac et drogues peuvent influencer votre érection ?

« C’est mauvais pour l’érection » « mais non ça aide, en tout cas moi ça me rend plus performant » « mais non ça ne change rien » « je connais quelqu’un qui fume 2 paquets par jour il n’a aucun problème » etc on entend tout et son contraire sur l’effet des drogues alcool et tabac sur l’érection !

Vous voulez tout savoir sur ce sujet de façon claire, objective et pratique? Voici ce qu’il faut retenir :

L’alcool et l’érection.

red Wine marquee sign

Pour l’alcool il y a deux cas de figures les conséquences immédiates et les conséquences au long terme.

1. Voyons d’abord les conséquences immédiates :  tout le monde est d’accord pour dire qu’une petite quantité peut être utile en aidant à se détendre à se laisser aller (or plus on est détendu dans la tête plus l’érection est tendue dans le pénis !).

Le problème c’est que personne ne sait dire ce que c’est « une petite quantité » parce que c’est très variable d’une personne à une autre. Nous ne sommes pas tous sensibles de façon identique à l’alcool. Pour certains la limite est de un verre pour d’autres  2, 3 ou 4 verres ou plus.

Pourquoi cette limite est importante ? parce que si on est « trop détendu » ça fera un effet négatif sur l’érection (et je ne vous raconte pas dans quel état notre libido et érection se retrouve si on est complètement ivre !). Donc, se connaître pour ne pas dépasser cette limite sinon au lieu de se détendre et être alors « en forme sexuellement » on peut se retrouver « cassé » et « inutile sexuellement »

2.  Et les effets au long terme : on parle là des personnes qui consomment quotidiennement ou très régulièrement de l’alcool de façon plus ou moins élevée. Tout le monde sait que l’alcool peut provoquer une altération du foie au long terme (jusqu’à la cirrhose stade ultime).

Mais saviez vous que quand le foie est abimé ça joue négativement sur la sexualité ? en effet, les maladies du foie peuvent donner des problèmes hormonaux en particulier de la testostérone qui est l’une des hormones principales de la libido et l’érection . De plus, l’altération de l’état général de santé et la fatigue ne sont pas favorable à la sexualité. Et, pour finir, sachez qu’une consommation régulière/quotidienne d’alcool peut provoquer une neuropathie, c’est-à-dire altération du systèmes des petits nerfs périphériques qui emmènent l’information entre notre cerveau et le pénis, et ce problème neurologique est quasi impossible à guérir de nos jours ! En resumé, consommation continue d’alcool = risque d’abimer les « câblages électriques » nécessaires pour l’érection de façon définitive …

Quel est l’influence du tabac sur l’érection?

man lying on lounger while smoking cigarette

Contrairement à l’alcool il n’y a pas de « un peu ça va mais pas de trop » . Chaque cigarette, chaque « taffe » est déjà de trop !

En réalité le tabac est probablement l’une des principales causes de dysfonction érectile dans le monde !

Pourquoi ? Parce que le tabac est un ennemi puissant de nos artères, il les rend moins souples moins efficaces au niveau du pénis ; résultat : le sang ne rentre plus correctement dans le pénis et donc il gonfle moins bien ou peu de temps  voire plus du tout. Et attention, ne tombez pas dans le piège des histoires de personnes qui fument beaucoup et pourtant pas de problème d’érection.

Parce qu’on est inégaux face au tabac ! Vous pouvez développer un vrai trouble érectile en fumant quelques cigarettes par jour si vous êtes prédisposés. Pour rappel nous savons maintenant que nous avons des gênes qui nous prédisposent ou non à avoir des problèmes d’érection (ce risque est augmenté de 25 à 60 % selon les personnes de façon génétiques, héréditaires !).

Sauf que de nos jours on est incapable en pratique quotidienne de vous dire si vous êtes prédisposés ou non au problème d’érection. Et si vous l’êtes vous avez intérêt à éviter de rajouter d’autres risques et donc à ne pas fumer. Pour résumer certains d’entre nous sont plus fragiles que d’autres face au tabac mais c’est impossible à savoir à l’avance.

Alors plutôt que de fumer et jouer au poker en espérant ne pas avoir des conséquences, autant éviter le tabac !

Quel est l’influence des drogues (cannabis, cocaïne)?

shallow focus photography of green leaves

On va surtout parler des drogues courantes et en particulier celles qui « détendent » comme le cannabis et celles qui « boostent » comme la cocaine.

Les drogues qui « détendent » : beaucoup d’hommes, surtout des jeunes un peu anxieux, disent que s’ils fument un peu « d’herbes » avant le rapport ça les rend « plus performant ». ça s’explique un peu comme ce que je vous ai dit au début pour la prise de petites quantités d’alcool.

Le problème de ces drogues est double : 1er on peut comme pour l’alcool vite arriver à une dose qui casse plutôt que de détendre 2ème elles ont un potentiel addictogène élevé et on peut vite devenir dépendant de ces drogues, incapables de se détendre autrement sans parler de leurs effets négatifs sur nos capacités mentales cérébrales au long terme.

C’est pour ça que les médecins hésitent à parler positivement de l’effet de ces drogues même s’il y en a chez certains, parce que finalement les risques et effets potentiels négatifs au long terme sont , de nos jours, largement supérieurs aux effets bénéfiques ? est-ce que vous prendrez un médicament si vous savez que ses effets secondaires sont plus importants que ses bénéfices… ?

2) les drogues qui « boostent » : les hommes qui les utilisent disent être en « super forme » sexuellement sous l’effet de ces drogues comme la cocaïne par exemple. C’est logique quand on connaît les effets booster de ces drogues sur notre cerveau qui est le chef d’orchestre de la libido et de l’érection. Mais (mais oui, vous vous doutiez qu’il y avait un mais) là aussi les effets négatifs au long terme sont largement supérieurs à ces effets bénéfiques :

Risque élevé de dépendance avec toutes les conséquences de ce type d’addiction 2ème effets négatifs sexuels très particuliers : en fait quand on a eu des rapports sexuels sous l’effet booster de drogues, qu’on a l'impression d’être les rois du monde, d’être en méga forme, d’assurer un max, on fonctionne tout simplement en sur-régime, en supra-naturel. Du coup, quand on a des rapports sans prendre ces drogues les choses nous paraissent alors un peu fades, le normal devient « moins bien » et on peut perdre le goût de la sexualité basée sur les échanges, les sensations, les émotions, on peut perdre la capacité de faire monter tout doucement l’excitation parce qu’on s’est habitué à ce que tout ça soit boosté et hyper facile.

Il faut alors que des spécialistes aident ces personnes à revenir progressivement vers une sexualité épanouie sans drogues booster.